Accueil > Rubriques > 1 Expo, 1 Musée > Le Musée de la Guerre

Le Musée de la Guerre

 

Entre art et histoire.

 

En cette année anniversaire de la commémoration du centenaire de la grande guerre, le village de Gravelotte, près de Metz, inaugure son nouveau musée signé Bruno Mader. L'expression "tomber comme à Gravelotte" se réfère à cette hécatombe durant la guerre de 1870 qui se termine par la reddition de l'Alsace et la Moselle à l'Allemagne. Ce fait a marqué l'architecture. Des traces sont encore visibles dans le style architectural. Pierre Verger réalise la scénographie du musée de la Guerre de 1870 et de l'Annexion.

 

L'architecture et la scénographie sont en harmonie et confèrent au lieu une atmosphère empreinte de souvenir et de paix. Pour accéder par le parking au musée, il faut traverser un petit cimetière allemand. A travers une rangée d'arbres et de croix, on découvre peu à peu la façade du bâtiment en métal patiné et d'aspect monolithique. Les plis de la toiture offre des jeux de pentes et une fragmentation de volumes. Des entailles créent des sheds, comme des lames d'acier, qui captent la lumière. L'édifice se tourne vers les horizons lointains des champs, autrefois champs de bataille.

 

Par ses matériaux, formes et couleurs, le musée exprime tout l'univers lié à la guerre. A savoir : la tension avec son bloc acier, la destruction avec les entailles du toit, la paix et l'espoir avec sa large ouverture vers la campagne.

 

L'espace central double hauteur (8 m de haut) est inondé de lumière naturelle. Il est un espace intermédiaire entre l'extérieur et l'intérieur. L'accueil dessert tous les espaces du bâtiment (salles d'expositions, de conférences et salles pédagogiques).

 

La scénographie s'harmonise avec l'architecture du musée. Tout est un jeu de couleurs et de lumière. Parfois, des vues sur l'extérieur ponctuent le parcours et permettent de se situer dans le bâtiment. Au sol et au mur, le béton est le matériau retenu. Les textes et les visuels y sont directement appliqués. Aux plafonds, les structures de métal, les gaines d'air et les isolants sont laissés visibles. Les parois sont sombres.  La toiture est lacérée. Les charpentes noircies semblent calcinées. Le métal rappelle les canons et les obus : des clins d'oeil permanents à la guerre et au souvenir.

 

L'espace vit et laisse entrevoir des fragments des expositions au fur et à mesure de la visite. Une passerelle traversant l'extrémité du hall guide vers la sortie et offre une vue apaisante sur le paysage verdoyant.

 

Soulignons le talent de Bruno Mader, architecte et de Pierre Verger, scénographe car le projet n'était pas un sujet aisé. Avec leur savoir-faire et leur créativité, le projet ancre l'architecture dans l'histoire mais aussi l'histoire dans son architecture. Il incarne la continuité du souvenir. Il est l'hommage du souvenir de tous ceux tombés pour leur pays afin que les générations futures vivent en paix. Il est aussi le musée de la réconciliation !

 

----------

 

Musée sur la guerre de 1870 et de l'Annexion

57130 Gravelotte

Tél.: 03 87 65 86 54

 

Bruno Mader

29, rue Miguel hidalgo

75019 Paris

Tél. : 01 43 48 78 86

www.brunomader.fr