Développement durable en architecture | Le Clos des Fées | Nda magazine d'architecture et design
Accueil > Rubriques > Green Attitude > Le Clos des Fées

Le Clos des Fées

AU PAYS DES FEES .

 

Qui sait où vivent les fées ? Où est ce pays où tout est beau et naturel ? Avec ce projet, le Clos des Fées, nous pouvons supposer qu'il est situé en France en Seine Maritime, et plus exactement dans ce hameau de moins de 500 habitants, Paluel, ce dernier étant plutôt connu pour sa centrale nucléaire. Mandatée par la commune, l'agence CoBe vient de lui dessiner son futur visage urbain, social et sociétal. Une réalisation qui marie écologie, économie, développement durable et habitat.

 

Un quartier fondé sur 3 piliers

 

Afin d'éviter le repli sur soi des quartiers fermés et contre la ségrégation des populations, le lieu est pensé dès l’origine comme le point de rencontre des générations, ceci pour répondre à des impératifs sociaux d’ailleurs présents dans le concept de développement du­rable, qui fait de la dimension sociale un de ses trois piliers.

L’installation d’un équipement assurant au quar­tier une ouverture plus large sur le territoire répond à des préoccupations économiques, qui forment le deuxième pilier du développement durable. Puis une construction à base de matériaux natu­rels, avec des compétences locales sinon des matériaux locaux, un système de traitement na­turel de l’évacuation des eaux, relèvent de l’éco-conception et de l’écologie, troisième pilier du développement durable.


Le concepteur du projet, Alexandre Jonvel, archi­tecte-urbaniste associé de l’agence CoBe, connaît bien la région pour y avoir passé une partie de son enfance. De concert avec l’agence de paysagistes Mutabilis, il a revisité des éléments du paysage régional. 

 

Le projet du Clos des Fées

Ce quartier est une extension paysagère, une implantation résidentielle verte. Les techniques de constructions traditionnelles et des matériaux naturels (chaume, bois, zinc) sont utilisés pour livrer 20 logements en bordure d'un paysage agricole.

Le Clos des Fées est implanté derrière un talus qui protège les habitants du vent. Il trace une voie de passage aux automobiles dont on évite ainsi qu’elles perturbent la tranquil­lité des habitants. Le talus garde aussi le mystère de ces propriétés cauchoises, que l’on découvre que derrière les longues haies contournées.


Le projet, conçu par l’agence CoBe, n’occupe que la moitié du terrain initialement alloué à l’opération. Cette condensation du programme détermine une ré­serve foncière et attirera sans doute de nouveaux arrivants qui viendront enrichir et dynamiser la vie de la commune.


Deux parties distinctes constituent le Clos des Fées. Une partie habitation, placée en continuation d'un lotissement exis­tant, et une partie jardin.


Le jardin est un élément fondamen­tal pour le rayonnement du Clos des Fées et son attractivité économique. Un chemin marque la limite entre ces deux univers. Il ne constitue pas une barrière infranchissable, juste une délimitation invisible pour la tranquillité des uns et gage de la coexistence pacifique de tous pour les autres.

 

Les maisons

Chaque maison est un habitat individuel avec pour séparation une noue paysagée. La forme des maisons en L ferme l’arrière du jardin et remplace les clôtures.  Les maisons reprennent le principe des longères. Les murs ponctuent les différentes parties du jardin. Des galets, des briques, des lames de verre posées à plat sont incorporés dans le béton. 18 chaumières sont exposées à l'ouest pour se protéger des vents dominants.


Les surfaces des chaumières : 8 T2 : 92 m²; 8 T3 : 120 m²; 2 T4 : 140 m² et 2 gites : 115 m².

La chaume, très utilisée dans la région, et le zinc sont les matériaux retenus pour réaliser des toitures résistantes aux intempéries. Le zinc permet de recevoir des capteurs solaires pour la production d'eau chaude. Les murs sont en ossature bois comme autrefois. Les techniques traditionnelles sont reprises dès qu'elles s'avèrent efficaces dans le projet tout en étant revues avec modernité.  Aucune clôture, uniquement des noues et des haies pour séparer les maisons et pour collecter et évacuer les eaux de pluies, à l’extrémité du terrain.

 

 

Les espaces verts

Le jardin a une très grande importance dans le concept du Clos des Fées.


Les espaces verts jouent un rôle actif dans l'absorption des eaux de pluie et de leur écoulement. Le site incliné est-ouest organise le système hydraulique. Les eaux sont récupérées dans les noues limitant les maisons. L'eau est conduite naturellement vers un bassin paysagé à l'arrière de la parcelle. Une éolienne avec l'énergie du vent remplit un plan d'eau rectangulaire qui constitue le bassin d'ornement de la maison commune.

 

 

On trouve plusieurs jardins divisés en espaces verts aux diverses thématiques.


Un premier jardin donne à voir le cycle de l’eau.

Un autre évolue au gré des conditions climatiques, et change d’aspect en fonction du niveau de remplis­sage de son bassin, plus ou moins élevé suivant les précipitations. Un dernier exprime le lien avec la production d’électricité, activité qui, depuis près de 30 ans, est avec l’agriculture une des grandes vocations de Paluel. 

Un clin d’œil à la Fée Electricité, peinte par Dufy en 1937, le jardin des fées donne son nom à l’opéra­tion. Installées parmi les plantes, des lumières rappellent cette alliance possible de la nature et de la technique. Des sculptures en osier de l’artiste Stéphanie Buttier évoquent les nids des fées et appuient ce rappel à Raoul Dufy. La seconde partie du terrain du Clos des Fées n’est pas moins importante, elle est conçue par l’agence de paysagistes Mutabilis. C’est un jardin varié, sur­prenant, un futur centre d’attraction touristique.

En prévision d'activités prochaines de botanique... une maison commune, trois ateliers d'artistes, un atelier rempotage, deux gîtes... sont construits.

 

La Maison Commune

Elément central de ces infrastructures, la maison commune invite à découvrir son grand paysage, la Côte d’Albâtre. Elle possède une grande salle polyvalente et un parvis couvert pouvant accueillir des manifestations à l’abri des intempéries. Sont envisagés l’organisation d’un marché aux fleurs, d’un marché artisanal, la tenue de réceptions, de séminaires, etc. Sa grande verrière est un atout pour jouer avec l'intérieur et l'extérieur selon l'humeur du climat local. Sa superficie est de 840 m2 avec deux salles polyvalentes (100 m2), 3 ateliers d'artistes (330 m2) et deux gîtes (115 m2).

 

 

Espaces publics

Les voies de circulations ont été repoussées en bordure du site, au-delà des talus. Les automobiles peuvent les emprunter à vitesse réduite pour accéder au parking de la maison commune, ouverte aux personnes extérieures au quartier, sans perturber la tranquillité des habitants. Les rues ont été aménagées en espaces publics piétons.

 

 

Cette réalisation qui se situe sur le plateau argileux, face à la mer et à côté de la centrale nucléaire, est un exemple réussi dans la démarche de développement durable d'un paysage urbain. Ces quartiers ne sont pas futuristes, ils sont juste adaptés à notre époque de recherche du vivre mieux.

 

 

 

-------------------



Le Clos des Fées

76450 Paluel

 

Maîtrise d’Ouvrage : Ville de Paluel

Paysagiste : Mutabilis

Bureau d’études techniques : Bérim

 

 

Maîtrise d’Œuvre :

Agence CoBe   

18, rue Liancourt

75014 Paris

Tél. : 01 43 66 38 30

www.cobe.fr

 

Coûts des travaux : 8.6 M€ H.T.

Maisons individuelles : 3.27 M€ H.T.

Equipements : 2.04 M€ H.T.

Infrastructure : 1.43 M€ H.T.

Paysage : 1.86 M€ H.T.