Architecture design Hôtels Restaurants Spas | 123 Sébastopol | Nda magazine d'architecture et design
Accueil > Rubriques > Hôtels / Restaurants / Spas > 123 Sébastopol

123 Sébastopol

1.2.3 ACTION AU 123 SEBASTOPOL HOTEL****

 

Les frères Cachan, fondateurs et propriétaires du groupe Astotel font appel à l'architecte Philippe Maidenberg pour leur nouvel établissement : 123 Sébastopol Hôtel. Un 4 étoiles qui sera le temple de tous les adeptes du 7ème Art et du théâtre. L'hôtel est situé en plein cœur de Paris, sur le boulevard du même nom, face à la Gaîté Lyrique. Sur ces lieux, il y avait autrefois une usine de prêt-à-porter.

 

Le concept de l'architecte

Philippe Maidenberg a souhaité que l'hôtel reflète quelques personnalités qui, en donnant leur vision personnelle sur les décors, s'approprient chacun d'un étage. Les 6 étages vous dévoilent l'intimité de Jean-Paul Belmondo, Claude Lelouch, Danièle Thompson, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, Elsa Zylberstein et Ennio Morricone au travers du mobilier, des matières, des couleurs et des objets sélectionnés. L'hôtel dispose de 63 chambres dont 10 communicantes et une transformable en appartement.

 

Le lobby ressemble à une salle de cinéma américaine avec une grande enseigne rétro- éclairée annonçant les "stars" en gros titres. Au mur, des écrans diffusent des extraits de leurs films. Au-dessus d'un grand canapé blanc de Contempo, un portrait et une biographie de chacune d'elles. Une entrée parallèle, sous le porche en pierre, expose les moulages des mains des artistes, posés sur une feuille d'or. Un clin d'œil aux étoiles d'Hollywood Boulevard.

 

Une longue verrière est créée, laissant pénétrer la lumière naturelle. Elle abrite le coin détente, petit déjeuner et bar. Les tables miroirs au piétement de caméra scintillent. Le bar évoque un plateau de tournage. Les fauteuils, modèle "the Director" dessiné par l'architecte et distribué chez Silvera, reprennent les codes des réalisateurs avec une poche pour glisser le script, le nom brodé en fil d'or sur le dossier et les surpiqûres intérieures de la Mustang. L'espace se prolongepar une terrasse aux murs de pierre. Elle est animée par le mur de l'immeuble en face repeint en jaune comme un rayon de soleil et couvert des visages des artistes réalisés au pochoir.

On retrouve à tous les étages, les salles de bain au plan vasque noir, un meuble dressing au même rappel malgré la déclinaison de chaque univers. Les chevets et les bureaux sont dessinés et créés par l'architecte qui adapte au mieux l'identité de la personnalité à la déco de la chambre.

 

Etage Jean-Paul Belmondo - 6ème étage

Décor surplombant les toits de Paris, aux images emblématiques des films qui couvrent les murs. On retrouve la passion de l'acteur pour le sport avec un punching-ball au-dessus du lit, un grand sac de frappe, des gants, une corde à sauter. On y voit également une casquette rappelant celle de Bébel. L'ambiance est masculine. De lourds rideaux en velours rouge foncé, ornés d'une palme brodée en fil d'or, renvoient au théâtre mais aussi à la palme d'honneur du Festival de Cannes. Les matières choisies sont le bois version brute avec un espalier, le cuir pour les coussins en guise de tête de lit et le chêne brut pour le chevet, qui supporte une boîte en verre protégeant la main détourée de l'acteur (création unique de l'architecte).

 

Etage Claude Lelouch - 5ème étage

Le décor est en noir et blanc. Au-dessus du lit, un grand panneau rétro-éclairé, sorte de table lumineuse, expose des pellicules authentiques des films du réalisateur. Sur les murs, sont reproduites des images de scènes marquantes de ses films. Des feux tricolores animent l'espace. Les rideaux sont un hommage aux Films 13, société de production de Claude Lelouch. Des coussins représentent des objectifs de caméra et font écho au tissu en damier noir et blanc du bas du rideau, du tapis et couvre-lit. L'architecte crée un bureau comme une table de travail et les chevets en verre formés de boîtes de bobines métalliques qui protègent un morceau de pellicule donné et une phrase dédicacée.

 

Etage Danièle Thompson - 4ème étage

La scénariste et réalisatrice donne au lieu des couleurs vives et pleines, un univers lumineux et chaleureux. Dans les chambres, un patchwork de photos de films, d'images grand format de scènes de ses plus grands films. On y découvre également des commentaires partagés avec son père, Gérard Oury, et Sidney Pollack. Les matières sont douces. Le parquet Point de Hongrie en frêne blanchi, le velours ras, le mobilier design coloré avec sa table bureau emplie de pigment rose fuchsia, les chaises au décor du dernier long métrage de Danièle Thompson... donnent à la décoration une touche plus féminine. On remarque également les copies de documents personnels et de notes manuscrites. Pour les chevets, des piles de scénarii sont mises sous verre dans des cubes.    

 

Etage Agnès Jaoui/Jean-Pierre Bacri - 3ème étage

On est à l'étage de l'écriture, du cinéma et du théâtre. Philippe Maidenberg prend pour base les nombreux documents textes et ses conversations avec la comédienne pour imaginer l'espace qui les représente. Le mur au-dessus du lit est habillé de photos, de notes, de story-boards et de croquis. Les velours rouge et or des rideaux évoquent le théâtre. Le décor d'une scène est évident avec le bois, le parquet, le tapis Kilim et les couleurs chaudes. Le bureau de cette chambre est assorti d'une chaise pliable comme celles des bistros parisiens. Les chevets sont de petits tabourets de tailleur, ceux sur lesquels s'empilent livres et carnets de notes.

 

Etage Elsa Zylberstein - 2ème étage

L'ambiance aux couleurs gris et rose est douce et très cocooning. Les teintes poudrées évoquent le maquillage et la barre d'entraînement fixée au mur le monde de la danse. La tête de lit est immense, sculptée de chaque côté. Un lustre de style baroque et un plaid en fausse fourrure sont des clins d'œil au cinéma glamour. Au-dessus du bureau-coiffeuse, un miroir vénitienreflète la lumière du jour sous les regards de Gena Rowlands et John Cassavetes.

 

Etage Ennio Morricone - 1er étage - Musique et cinéma

Le décor est constitué d'une pièce emblématique : une partition originale manuscrite, faxée à l'architecte qui la reproduit en format géant pour habiller tout un mur. Un moulage des mains du maître entoure un écran qui diffuse un de ses concerts que vous pourrez écouter au casque. De chaque côté du lit, des caisses de batteries surmontées d'éclairage pour pupitre servent de chevets. Comme les notes de musique, la couleur est le noir pour cette chambre. Le design est épuré. La pièce maîtresse est un bureau conçu comme un piano droit laqué noir. Il est accompagné d'un tabouret de concert pour assise. Le velours des tissus, le parquet de bois noir et le tapis reproduisant une partition en négatif procurent une ambiance feutrée, idéale pour écouter de la musique.

 

Les deux niveaux voûtés en pierre du sous-sol sont des lieux de vie. Le premier abrite la salle de projection "Gérard Oury" de 20 places réservée pour des privatisations. Sa moquette évoque les salles grand public avec des motifs d'objets oubliés (clés, canettes, pop corn...). Pour assises, bien évidemment, ce sont les fauteuils inspirés par Claude Lelouch qui sont disposés dans la pièce. Le deuxième est consacré à la détente avec une table de ping-pong, un baby foot, un billard et une salle d'escrime. L'espace fitness met à disposition des vestiaires, douches et linge de toilette mais également un coach. Une salle de réunion éclairée par des puits de lumière naturelle, au béton blanc et au parquet de frêne blanchi complète l'espace.

 

Le 123 Sébastopol ressemble à un vrai complexe de cinéma. Le bar propose des cocktails sur mesure, des brunchs le dimanche avec des animations pour les enfants. Une fois par mois, des événements sont organisés.

 

Ce quatre étoiles a tout pour perdurer : sa situation au cœur de Paris, une décoration typique et chaleureuse, une équipe souriante, un service parfait...

Les propriétaires peuvent être contents de cette collaboration de 17 ans avec l'architecte Philippe Maidenberg.


C'est un hôtel vraiment exceptionnel que l'on peut recommander les yeux fermés !

 

 

----------------

 

Hôtel 123 Sébastopol****

123, boulevard de Sébastopol

75002 Paris

Tél. : 01 40 39 61 23

www.astotel.com

 

 

Philippe Maidenberg

39, rue du Sentier

75002 Paris

Tél. : 01 40 15 00 31

www.maidenbergarchitecture.fr